Peut-on jeûner enceinte ? Jeûne et Grossesse | LA VIDÉO |

Sujet délicat, risqué et où il n’existe officiellement aucun débat car le jeûne enceinte est déconseillé et interdit par la médecine allopathique. Le jeûne enceinte ? Attention !!!! Interdit. Le jeûne en allaitant !!!! ouhhhhh !!! surtout pas… “cela coupe la production de lait !”

Voici la réponse autorisée et officielle que nous pouvons fournir en tant que naturopathe… mais est-ce vraiment le cas ? Y a t-il des exceptions ou des pratiques qui peuvent se faire ? je souhaite aller aujourd’hui plus loin que ce qui se partage sur tous les sites de bien-être, les centres de jeûne et tout l’écosystème “Jeûne” … car oui, le jeûne peut être utiliser, avec parcimonie et avec une durée très limitée enceinte et en allaitant sans risques et avec beaucoup de bénéfices pour la santé. (Si vous êtes enceinte ou allaitez, regardez les réserves à la page suivante)

Je vous dis quand et comment dans cette vidéo. Cliquez sur LIRE PLUS pour y accéder

Continue reading →

Séjour de Jeûne Intermittent et cuisine crue en Thalasso

Se lancer dans le jeûne, même intermittent peut être un défi pour de nombreuses personnes. Souvent, les propositions d’accompagnement en jeûne intermittent (que ce soit des vidéos, des livres, des séjours), ne prennent pas en compte les besoins nutritionnels de l’organisme. Mais aussi, pour bénéficier au mieux du jeûne intermittent, il est préférable de faire du jeûne sec (lorsque c’est possible par rapport à la santé de la personne), et surtout de se réalimenter avec des aliments bourrés de nutriments et vitamines, qui vont hydrater le corps en profondeur… c’est-à-dire avec une alimentation crue et vivante !

Nous lançons avec Marc, mon mari, et notre équipe de naturopathes encadrantes de jeûne, un nouveau séjour dans notre centre en Thalasso à La Grande Motte :

Jeûne sec intermittent et crusine 

Continue reading →

Comment bien jeûner ?

comment-bien-jeuner

Les bénéfices du jeûne sur la santé sont multiples. Que l’on choisisse de pratiquer un jeûne en cure préventive et de bien-être ou avec un but thérapeutique, il y a quelques règles à respecter pour être sûr de jeûner efficacement et en toute sécurité.

Les grands principes du jeûne

Le principal intérêt du jeûne est de mettre le système digestif au repos. Cette pratique nous invite à laisser le temps au corps de “s’auto-guérir”. C’est ce que l’on appelle la loi de l’homéostasie.

“Tout système laissé à lui-même en l’absence de perturbation extérieure revient spontanément au bout d’un certain temps à son état d’équilibre (qui est un état de pleine santé, de joie, et d’abondance, si on revient à l’humain), ceci au travers de multiples processus régulateurs.”

En offrant à notre organisme les conditions optimales pour se régénérer, on lui donne le moyen de se détoxiquer naturellement.

Cliquez ici pour télécharger votre livret complètement gratuit pour “BIEN PRÉPARER SON JEÛNE ” 

Les effets bénéfiques du jeûne sur la santé

Durant la période de jeûne, les toxines accumulées sont éliminées grâce au travail des différents émonctoires (les intestins, les poumons, les reins, la peau, le foie). Un nettoyage profond de l’organisme est engendré par ces mécanismes et l’on retrouve ainsi une meilleure vitalité.

Le jeûne, mode d’emploi

Le jeûne intermittent

C’est l’un des jeûnes les plus pratiqués. Il existe plusieurs façons de pratiquer le jeûne intermittent. Le choix dépendra de votre style de vie et de vos objectifs en matière de santé.

Le principe du jeûne intermittent est de manger sur une période de temps réduite, au cours d’une journée. Cela consiste à alterner une période de prise alimentaire sur une plage horaire, qui dure généralement 8 heures, avec une période de jeûne.

Par exemple, on peut choisir de manger :

  • de 7 h 00 à 15 h 00
  • de 12 h 00 à 20 h 00

Facile à mettre en pratique, on peut le faire de chez soi. De plus, il n’y a pas de préparation ni de descente alimentaire et la reprise alimentaire est plus simple. Et le reste du temps, les repas sont les mêmes que d’habitude.

Le jeûne thérapeutique

Le jeûne thérapeutique consiste à ne pas consommer d’aliment et à boire seulement de l’eau, pendant une période plus ou moins longue. L’objectif du jeûne thérapeutique est d’aider le corps à mieux éliminer les toxines pour améliorer sa santé, que ce soit pour prévenir ou diminuer les symptômes d’une maladie.

Le processus de digestion demande beaucoup d’énergie à l’organisme. Quand on ne consomme pas de nourriture durant une période donnée, toute l’énergie qui était concentrée pour digérer, n’est pas utilisée à cette fin. Les ressources ainsi économisées par la non-digestion, vont être mobilisées pour soutenir l’organisme et l’aider à mieux combattre la maladie. C’est ce repos physiologique qui va contribuer à favoriser la régénération des cellules.

Le jeûne thérapeutique nécessite toutefois une certaine organisation. Il s’agit en effet de préparer l’organisme en réduisant progressivement les rations alimentaires, quelques jours avant de commencer.

En pratique, on va supprimer petit à petit les protéines animales ainsi que les céréales, les produits laitiers et enfin les protéines végétales, pour ne manger que des fruits et des légumes. À la fin du jeûne, on réintégrera progressivement la liste de ces mêmes aliments, en commençant par la fin.

À noter qu’il est préférable d’effectuer le jeûne thérapeutique dans une période de moindre activité.

Que manger durant son jeûne ?

Pendant les prises alimentaires, on va privilégier les aliments bruts, frais, de saison et issus de l’agriculture biologique, riches en vitamines et minéraux.

Et on attend toujours de bien avoir digéré avant de prendre son prochain repas.

Comment organiser ses repas pendant le jeûne ?

Pour le premier repas de la journée, celui qui vient “casser” le jeûne, on évite les aliments lourds à digérer comme les produits laitiers, le gluten ou les céréales, le sucre, l’alcool, le vin, les produits industriels ou encore le café.

Pendant les phases de jeûne, il est important d’avoir une bonne hydratation, essentiellement avec de l’eau ou des tisanes.

comment-bien-jeuner

Comment accompagner le jeûne au quotidien ?

La période de jeûne est un temps de repos pour le corps et pour l’esprit. Si l’idéal est de pouvoir se réserver un ou plusieurs jours au calme pour suivre son jeûne, il est tout à fait possible de faire un jeûne intermittent en gardant une activité professionnelle.

À lire : jeûner en travaillant

Du temps pour soi

La période de jeûne est l’occasion d’être encore plus à l’écoute de son corps et de ses besoins. C’est le moment idéal pour mettre en place de nouvelles habitudes qui, petit à petit, feront partie de votre hygiène de vie.

Se reposer et déconnecter

Bien dormir est nécessaire pour la récupération énergétique. Avoir un sommeil de qualité se prépare tout au long de la journée.  Passer le moins de temps possible devant un écran, en se déconnectant des actualités et des réseaux sociaux, permet de libérer son mental. On se repose autant que possible, en redécouvrant les vertus de la sieste.

Des exercices doux

Afin d’optimiser son jeûne, on privilégie donc le repos physique et mental. Pendant cette période, détente et relaxation sont au programme. Si l’on déconseille généralement de pratiquer des sports intensifs, on peut choisir d’effectuer des exercices doux comme des assouplissements, des étirements, du Qi Gong ou encore un peu de marche dans la nature pour s’oxygéner.

Des soins bien-être

Bénéficier d’un massage permet d’activer la circulation sanguine ainsi que le système lymphatique et favorise ainsi l’élimination des toxines. La pratique du yoga et de la méditation de pleine conscience est également tout indiquée pour un moment de détente.

comment-bien-jeuner

Enfin, il est possible d’effectuer des exercices de respiration pour apprendre à lâcher prise.

 

Pour aller plus loin :

Quel type de jeûne vous convient ?

► Vous voulez vous lancer dans un jeûne mais vous ne savez pas lequel ?

Téléchargez GRATUITEMENT mon livre numérique ” Quel type de jeûne vous convient”

C’est un outil essentiel pour bien commencer votre jeûne.

 

 

Préparation du jeûne avec la descente alimentaire

preparation-jeune

Bien préparer son jeûne est essentiel lorsque l’on veut faire un jeûne de plus de 24 ou 48 heures

Pourquoi ? parce que plus le jeûne est bien préparé en amont, plus il est facile de jeûner. Lorsque vous effectuez ce que l’on l’appelle dans le jargon, la descente alimentaire (si vous n’avez pas encore téléchargé le livret gratuit pour Bien préparer votre jeûne, indiquez votre e-mail dans la fenêtre qui s’affiche sur ce site et lisez ce livret qui vous sera très utile), vous préparez votre corps lentement à jeûner et à éliminer les toxines.

La descente alimentaire va permettre de réduire le nombre d’aliments différents que l’on consomme avant de commencer le jeûne mais aussi surtout supprimer toute la nourriture qui est toxique ou néfaste pour notre corps… et croyez-moi, une fois tous ces aliments supprimés il ne reste plus grand chose dans notre assiette, surtout pour les personnes qui ont l’habitude de manger à l’extérieur. Pour celles qui sont végétariennes ou crudivore la descente alimentaire est généralement plus facile car proche de ce qu’elles consomment au quotidien.

Cliquez ici pour télécharger votre livret complètement gratuit pour “BIEN PREPARER SON JEÛNE ” 

D’ailleurs, il n’est pas rare que pendant la phase de préparation du jeûne, des personnes passent par une crise que l’on pourrait appeler “crise d’acidose” comme pendant le jeûne. Des forts symptômes d’élimination, des nausées, des vomissements parfois, des diarrhées, passer à une alimentation principalement végétale et crue fait l’effet d’une véritable détox. Enfin, lorsque vous intégrez une descente alimentaire, c’est à dire une réduction de la variété des aliments consommés dans votre assiette et une reprise alimentaire progressive en sortie de jeûne, vous gagnez en jours de détoxination puisqu’on considère que autant de jours de jeûne équivaut à autant de jours de préparation et autant de jours de reprise. Certains naturopathes iront jusqu’à dire le double de préparation que de jours de jeûne mais sachez que ces règles ne sont nullement basées sur aucune étude scientifique. C’est un simple consensus crée parce que une personne l’a dit et que tout le monde a répété derrière elle.

Je conseille de préparer et faire une reprise sur autant de jours de jeûne que de avant et après, mais je vous invite à être flexible et tester de vous-même. On peut vous édicter des milliers de règles à suivre mais rien ne vaut l’expérience personnelle pour dire ce qui vous va à vous.

En pratique 

5 jours de jeûne = 5 jours de préparation

Donc la règle pour bien préparer son jeûne c’est de faire autant de jours de préparation que son temps de jeûne : par exemple 5 jours de jeûne = 5 jours de préparation avant. 15 jours, 15 avant et après… etc.

Je choisis ici 5 jours de jeûne car c’est la durée minimale pour qu’un jeûne soit considéré comme thérapeutique, c’est la durée généralement proposée en centre de jeûne, et c’est la durée que je propose dans mon programme d’accompagnement au jeûne à la maison que vous pouvez voir dans l’onglet formations;

Chaque jour, on va éliminer certains aliments pour aller vers un régime alimentaire composé le ou les derniers jours de jus de fruits et légumes frais, de soupes de légumes moulinés (mais non mixés) et de fruits entiers.

Pensez à marcher et vous aérer
Pensez à marcher et vous aérer

Je conseille à toutes les personnes qui veulent faire une semaine de jeûne de prendre  aussi plus de temps pour eux durant cette semaine de transition, de prendre du temps pour marcher 30 minutes chaque jour, de prendre le temps de respirer, de lire un livre inspirant ou de passer du temps au calme. C’est ce que je fais aussi en préparation de jeûne, en allant me balader chaque jour, en pratiquant la méditation, les mouvements de stretch, yoga, la visualisation, la lecture le soir etc… cela fait un bien fou !

La descente alimentaire en pratique

Les premières choses à supprimer sont les excitants comme le thé, le café, l’alcool et la cigarette. Remplacer ces excitants par un jus de fruit frais (ou mieux encore légumes frais) ou une tisane permettra d’éviter les maux de tête ou le stress lié à l’arrêt de ceux-ci lors des deux premiers jours du jeûne. Donc si vous le pouvez 7/10 jours avant ou a minima 5 jours avant éliminez ces toxiques.

5 jours avant,

il sera conseillé d’arrêter les protéines animales et tous les produits sucrés artificiels (desserts, gâteaux, yaourts…). En pratique, céréales et légumes par exemple…

4 jours avant,

il vous faudra éliminer les céréales, les légumineuses (pois chiches, lentilles), le sel et les épices autant que possible. Des feuilles d’endives, de salade, des tranches de radis noir ou des bâtonnets de carotte pourront facilement remplacer le pain.

Carottes, betterave, salade, persil, olives, sésame, et graines germées, une salade pour J-4 ou J+4
Carottes, betterave, salade, persil, olives, sésame, et graines germées, une salade pour J-4 ou J+4

 

2 jours avant,

vous pourrez manger des légumes crus (salades) et des fruits, des smoothies de fruits et des jus de légumes pressés à l’extracteur comme ici, carotte, betterave, pomme et épinards…

J- 1 :

Enfin, consacrez le dernier jour de préparation à la consommation de jus de légumes pressés à l’extracteur, des fruits crus ou légumes crus et éventuellement des bouillons de légumes moulinés seulement.

Arrivé(e) au soir avant votre premier jour de jeûne, c’est le moment de la purge ! Lisez l’article ici si vous ne l’avez pas encore fait !

 

Cliquez ici pour recevoir votre livret Bien préparer son jeûne 

Vous souhaitez vous lancer rapidement dans un jeûne ? ne restez pas seul.

Rejoignez le programme Jeûner à la maison pour être accompagné(e) au jours le jours du premier jour de la préparation du jeûne à la fin de reprise alimentaire (le programme de préparation ou jeûne seul est possible). Cliquez ici pour lire plus. 

Flashback sur ma descente alimentaire avant mon premier jeûne de 4 jours en 2016
Je n’ai pas suivi la diminution alimentaire à la lettre c’est vrai, même si j’en connais les principes par coeur…  oui j’ai mangé de la viande 4 jours avant et j’ai même bu un café aujourd’hui, et même si ce n’est pas idéal, je pense qu’il faut savoir être flexible avec soi même et connaître petit à petit son corps. Je sais qu’il me reste encore 48 heures et donc je ne prendrai pas de thé ni de café ces deux derniers jours car par expérience je sais que j’ai tendance à m’accoutumer au café après seulement une dizaine de jours à en boire un par jour ou tous les deux jours, donc le café est addictif, il est toxique pour le foie et l’organisme et surtout il est très acidifiant, surtout pour les profils neuro-arthritiques qui fabriquent déjà une grosse acidité endogène.

Au menu de ces deux derniers jours, de l’alimentation crue, vivante et végétarienne bien sûr… mon repas préféré des rouleaux de printemps avec une feuille de nori (ou riz) des bâtonnets de carotte, betterave, concombre, poivron cru, coriandre, menthe, salade avec une sauce à la tahina, tamari, gingembre, citron, huile de coco…

Rouleau de printemps avec feuille de riz et légumes crus, photo de Cuisiner Cru de Leila Drissi et Xavier Boulière
Rouleau de printemps avec feuille de riz et légumes crus, photo de Cuisiner Cru de Leila Drissi et Xavier Boulière

mmmm promis je ferai un post sur ce fabuleux repas très prochainement. Et enfin, bien sûr 2 jus de légumes et fruits par jours avec 80% de légumes et 20% de fruit (un peu de pastèque ou d’ananas en l’occurrence).


Est-ce que la descente alimentaire vous semble compliquée ? Si oui, n’hésitez pas à poster votre question dans les commentaires, j’y répondrai personnellement.

[sc name=”WiDGET”]