Carême : origines, pratiques… et aujourd’hui ?

Plusieurs personnes m’ont écrit pour me demander pourquoi je parlais du jeûne du ramadan, qui est un jeûne sec intermittent de 28 jours, et pas du carême catholique.

J’ai donc décidé de relever le défi et de partager avec vous l’origine du carême institué dans le calendrier de l’église catholique au IVème siècle après Jésus Christ et qui dure 40 jours jusqu’à Pâques.

 

Il rappelle le jeûne que Jésus a fait dans le désert avant de commencer son ministère mais il faut savoir que ni Jesus ni ses disciples n’ont jeûné avant la Pâques 🐣… au contraire, ils ont profité des derniers moments avant la crucifixion de Jésus pour bien manger (et sûrement bien boire quoi que des études historiques ont montré que l’on buvait le vin coupé à l’eau dans l’Antiquité …)

Le carême catholique se compose de jours maigres ou l’on fait abstinence de nourriture (le mercredi et vendredi) et des jours où l’on mange de façon frugale ce qui signifie que tout est autorisé sauf la viande qui est consommée jusqu’au dernier jour de Carnaval le mardis gras.

Au fil du temps d’ailleurs, on est passé d’une collation qui était servie le soir à un repas de midi plus important et une collation le soir. Puis à la renaissance le petit déjeuner à été ajouté progressivement.

Le carême n’est donc pas un jeûne thérapeutique dans le sens où les processus physiologiques du jeûne se mettent en place après 24 à 48h de jeûne. Ceci dit, la dimension du jeûne est aujourd’hui autant spirituelle que physique, le jeûne se situant plus lors du carême en une prise de conscience des actions, de la pratique de l’aumône et de la prière. Le pape Francis l’a rappelé en 2017 « pensons à comment nous jeûnons, comment nous faisons l’aumône et comment nous prions ».

En France on compte officiellement 70% de personnes baptisées, 45% des français se déclarent croyants catholiques mais également 45 à 70% des français selon les études se déclarent sans religion ou non croyants. Aucune donnée n’est publiée sur la pratique du Carême parmi les fidèles chrétiens. En comparaison, pour le ramadan, on sait qu’environ 71% des musulmans français le pratiquent.

Le carême est plus suivi en Afrique et en Orient. Dans les églises orientales ou africaines le jeûne est plus restrictif. Pour l’église copte par exemple, le jeûne du carême est un jeûne totalement vegétalien à l’exception du miel qui est autorisé durant le mois de jeûne. La viande, poisson, fromage et œufs sont bannis de la diète copte, et les fidèles jeûnent du lever au coucher du soleil comme leurs compatriotes musulmans lors du ramadan.

Enfin, je n’en ai pas parlé dans la vidéo mais les églises protestantes laissent libres les fidèles de pratiquer le Carême ou non, la plupart des églises ayant par ailleurs de nombreuses autres périodes de jeûne dans l’année. Le carême est donc souvent pour les protestants plus une occasion de témoigner de leur foi auprès de leurs collègues, amis, plus qu’à la pratique d’un véritable jeûne alimentaire qui est toujours associé à la prière intense lors de périodes dédiées à recevoir la parole divine ou obtenir le déblocage de situations stagnantes en général.

Alors Carême total, partiel, un peu, passionnément…  quelque soit votre pratique ou votre dénomination confessionnelle, je vous souhaite un bon carême si vous le pratiquez, avec un bon renouvellement du corps et de l’esprit.

N’hésitez pas à commenter sous la video si vous voulez partager des pratiques du carême que je n’aurais pas mentionné !

Cliquez ICI pour voir la Vidéo 

 

Vous souhaitez vous lancer dans un jeûne ? cliquez ici pour télécharger votre livret complètement gratuit “Bien préparer son jeûne” !

Je suis Justine Lamboley, naturopathe et Heilpratiker, passionnée par la médecine naturelle et convaincue que le jeûne est la meilleure méthode pour ramener le corps et l’esprit à la santé parfaite.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *